Mes romans Caroline Bordczyk

31 octobre 2017

LE COMMERCE DES MOTS

Classé dans : Information — eructeuse @ 5 h 39 min

édité en mars 2017

Remerciements

Je remercie Évelyne mon amie correctrice.

Je remercie pour la réalisation de la première et la quatrième de couverture mon fils aîné… L’œil aiguisé de mon petit-fils vint y poser aussi son avis… Mon roman transpire d’amour… jusqu’en son manteau !

L’image choisie en première de couverture est issue de Pixabay qui offre ses images gratuitement. Bel esprit des heures nobles d’internet… Merci.

Chers lecteurs et lectrices, je vous remercie de votre passage en mes mots.

L’amour est dans le cœur de mon histoire.

Hommage aux femmes de ma famille et aux femmes de la Terre, ces oubliées de l’histoire, qui ont nourri la mienne, à qui je voue tendresse et respect à travers cette fiction…

 

 IMG_20170301_235307IMG_20170301_235508

Céline notre héroïne travaille pour l’éditeur Jean Charles Édouard De La Courriège qui tombe fou amoureux de Rose Elvire, rencontrée chez des VIP, une riche héritière qui s’est moquée durement de ses publications… L’histoire se déroule en 2035 et plonge en 36… Un petit passage sur JC comme le surnomme Céline :

Chapitre

 

IV

 

J C

 

Quelle mouche a piqué l’éditeur de Mourir d’Amour ? Ce roman qui a fait pleurer une majorité de femmes et a reçu le prix de la Féminité Encrée. Cette œuvre vendue en numérique à treize millions et six cent mille exemplaires à travers le monde dans les années 2020 qui a rivalisé et envoyé au tapis l’autre grande maison d’éditions, fleuron de la littérature sentimentale : A l’heure du thé.

Mourir d’Amour, un roman qui narre l’histoire d’une rencontre entre une pauvre pauvre pauvre belle belle très belle jeune fille, vierge, vendeuse de cigarettes à la sauvette dans le métro, tuberculeuse, souvent égarée sous des cartons, et d’un homme dans la force de l’âge, un homme particulièrement bon. Un veuf, riche, mais qui a souffert, et qui se perd dans la brume de ses Havane.

Jean Charles Édouard revient en salle de réunion avec un manuscrit à la main et vocifère, fier : « Vous êtes des idiotes des imbéciles, mesdames les responsables du marketing. Il était temps que je mette mon nez ici, pour vous parler du pays ! Les hommes et les femmes ne se rencontrent plus, le virtuel a remplacé le réel, tous ont peur des virus, les maladies infectieuses se sont multipliées, mon test du baiser sain s’est vendu tous les mois à dix millions d’exemplaires, (il a des actions dans les laboratoires qui les créent). Le partage n’existe pratiquement plus, chacun vit chez soi. Le taux de natalité frise le niveau zéro, Il faut s’adapter à cette réalité. Le prince charmant c’est le sex-toys et lui, une pile et ça repart ! Un coup de stérilisateur et pas de peur ! Faut renouveler vos gardes-mots mesdames ! Le moteur de l’évolution a changé de camp. Je veux vous entendre butiner de l’éros solitaire pour que nos lectrices ne culpabilisent pas de ce joli moment de réconfort qu’elles trouveront avec tous nos produits dérivés : du gel aux pétales de roses en passant par la location, d’un pianiste, (Jean Charles Édouard joint le geste à la parole*), ce serviteur zélé, courtois, assermenté, aseptisé ! Compris ! »

* Une horreur n’arrive jamais seule 

 

Pour sa bonne cause, Jean Charles Édouard a tout prévu. Il vient de créer sa Maison de la Fraternité qui loue pour une somme modique prélevée directement sur salaire, un professionnel homologué toujours frais, pour quelques heures de massages spécialisés… rien à voir avec un passe-massage sans hygiène ni agrément public.

« Je veux de la vie de la joie du sexe royal du sexe gourmand ! Je veux du sublime du régal de la jouissance épanouie qu’on lit jusque dans les yeux des héroïnes. Avec des mots simples bien ajustés à des émotions des sentiments qui donnent du rêve à nos lectrices près d’une RÉALITÉ POSSIBLE, accessible qu’elles trouveront avec NOS PRODUITS ! Il faut sortir la femme de son ghetto-moyenâgeux, avec doigté, finesse, lui faire découvrir qu’elle est une jouissive dont l’épanouissement n’est pas un luxe ! Cap sur les multiples plaisirs ! Changement de direction ! Du nerf que diable ! A vos plumes et à vos explorations* ! »

* L’autre horreur 

 

Il est clair que Jean Charles Édouard ne cherche ni à rompre les règles sociales ni les codes de quoi que se soit. Il s’adapte à la réalité du terrain, à ce qui se vend le mieux. Si demain le sexe faible devient le sexe fort, il ira dans ce sens. Ce n’est pas un souci pour lui. Ce qui est essentiel, c’est que sa fortune se maintienne au plus haut niveau.

Quoi quoi c’est sa liberté de penser ! Quant à celle des autres ce n’est pas son souci. Oui certes il n’y a pas beaucoup de choix sous les yeux des lectrices, mais bon il ne faut pas exagérer, il ne met pas un pistolet sur la tempe des acheteuses. Ses romans ne les lobotomisent pas. Il en a assez que la littérature sentimentale passe pour une sous culture pour névrosées, car il les nourrit ces lectrices, de cette belle liberté de rêver. Il remplit le sac à dos de la ménagère qui survit et peut rêver, par ses soins, dans un monde si hostile. Voilà son combat, qui oserait dire que ce n’est pas un noble combat ? 

Il pense à tout. Sauf que si ses collaboratrices sont trop timorées à son goût, c’est qu’elles vivent constamment dans la peur d’être licenciées alors… l’orgasme.

Ce jet de plaisir en lui-même ne nourrit pas plus la femme que l’homme, ce n’est pas pour rien que les aménorrhées ont refait surface comme aux temps des disettes des siècles tyranniques d’une histoire oubliée…

 « Qui soupire ? », tempête Jean Charles Édouard De La Courriège.  Il boit un grand verre d’eau et reprend le cours de sa diatribe tel un zébulon* en pleine exaltation, le manuscrit en l’air comme pour d’autres, le poing : « Plus de libération, de soumission, sortons du formatage idiot, la famille a explosé ! Et ras le bol de ces malades qui parlent du viol comme d’un sale moment à passer, presque d’un acte anodin, faut lire ça pour le croire, foutaises de chiottes ! Foutez-moi toutes ces imbécillités à la poubelle ! »

IMG_20170314_025918

 

27 octobre 2017

LE COMMERCE DES MOTS

Classé dans : Information — eructeuse @ 5 h 13 min

Chapitre

II

Le camp

La voiture fonce dans le silence. Fred ne dit mot, Céline vagabonde :  « Ah oui j’ai bu les mots sans modération. Comment savoir le vrai du faux comment croire les mots de celui qui parle ? Écouter entendre comprendre, mais comment comprendre sans échanges comment savoir si on interprète correctement le message ? Lire est un champ de liberté ouvert, on est seul face à cet écrit, on prend ce qu’on veut, mais en fait, ne retient-on que ce qui nous arrange ? Apprendre des autres c’est si dur et comment faire sans avoir fait un travail sur soi, connaissance avec soi, de soi. »

 

Céline a passé ces cinq années à écrire et se demande ce qu’elle va faire de ses notes. Mais ses écrits dans sa cachette à la ferme sont-ils intacts ? Elle est pensive : « L’écrivain est-il le conteur de sa vie ? Les mots sont-ils les fruits d’une imagination débordante ? L’écrivain peint le monde avec les mots de la bibliothèque de sa vie. MOTS ! Ce qui est sûr c’est qu’ils sont comme Dieu, la propriété de personne, la propriété de tout le monde ! »

 

Elle cogite bouillonnante puis continue : « Les mots n’ont pas perdu leur sens, ce sont les hommes qui sont devenus fous, les mots ont toujours le même sens, la même définition, la liberté reste la liberté et les barreaux des barreaux. L’amour n’est pas la haine, et si les mots semblent vidés de leur sens c’est que les hommes ont vidé le sens de leur vie, naufragés perdus. L’idéologie détourne le sens des mots, l’idéologie est castratrice ! »

 

IMG_20170301_040051

Mon personnage s’interroge sur  ce qu’elle veut devenir : écrivain et dans cet espace là, elle sort de cinq ans de camp de rééducation… La prise de conscience politique est un cheminement personnel une liberté de soi en soi…qu’elle livre à son cousin…

23 octobre 2017

Atypique

Classé dans : Information — eructeuse @ 5 h 51 min

IMG_20171023_083348

Allo les docteurs : Bobo !

 

HOMOS, osmose … os…

 

 Ô nous, femmes, sommes souvent considérées comme des malades imaginaires. Nous écoutons trop notre corps. Trop ?

« Et on sait que les femmes et les enfants sont plus facilement la proie de leurs émotions »1 Bon on sait, si on sait…

La proie, je rirais si je n’avais les lèvres gercées !

Voilà le genre d’idée de la bien-pensance qui s’agite pour endormir nos consciences de Femelle. Le patriarcat n’a toujours pas rendu l’âme à l’aube du troisième millénaire.

Que voulez-vous, nous les femmes, sommes de grandes papoteuses et quand on parle et bien on écoute aussi… Ah les grandes soirées entre copines… Quand notre corps parle, il faut savoir l’écouter; cette voix profonde est aussi un chemin certain vers la plénitude sexuelle mais c’est une autre histoire qui n’a point sa place ici à cette heure !

En 1981, quelle belle année ! lors d’une visite impromptue à l’hôpital, parce que je ressentais des contractions à mon huitième mois de grossesse, je fus prise en charge par un jeune interne qui déclara après un monitoring, geste de savant, je pouffe :

«  Oui vous avez des contractions, mais celles-là, vous ne devriez pas les ressentir ! « 

 Damned je sentais, ressentais mon corps de femelle en gestation profond, profond. J’ai beaucoup aimé le « vous ne devriez  » ah la norme qui sécurise, le devoir !

Doux Jésus me voilà cataloguée atypique.

 Voguèrent les années sur une mer souvent agitée puis… Après mon arthroscopie du mois de décembre 2007, je me cogne le genou et comme un feu qui se déclenche, je sens la maison qui brûle, je consulte car mille et une douleurs viennent me snober la nuit, l’enfer s’installe sans invitation.

Encore faut-il me croire ?

Or donc, en janvier de cette année là, vingt-six ans plus tard, je raconte à mon médecin l’impression que je ressens, à savoir le réveil de toutes mes vieilles plaies d’antan : fractures, claquages, tendinites, coups (un jour je me suis cognée la cuisse contre la table à repasser, de quoi vous dégoûter du repassage à vie !) entorses dues à des entraînements sur des chemins tortueux ou sauts de gazelle de rocher en rocher, très, très mauvais pour les tendons. Il me dit : «  Des impressions ou des réalités ? »

Saperlipopette, j’impressionne, je ne délationne pas, je les vis et si ces sensations me semblent étranges, je ne fantasmagorise pas et ne somatise pas ! Bingo, les globules blancs et tout le saint-frusquin jouent à la Castafiore !

Voilà des manifestations physiques quantitatives bien réelles, mais une autre réalité me démange et pas que le poignet :

Il y a des révoltes qu’il faut crier au delà des

encriers !

1Passions et destins des passions p.17 André Green

IMG_20170513_072026

Journal de bord écrit et publié en 2008

Encore disponible chez votre atypique : anelabougresse@orange.fr

 

22 octobre 2017

Irrévéren…chieuse ! C’est grave docteur ?

Classé dans : Information — eructeuse @ 8 h 06 min

Un tiot passage pour la route de ce dimanche

TOUJOURS LE SAMEDI PREMIER

 

OH OH JOLI MOIS DE MARS

QUE VAS-TU METTRE

DANS MON PITIT PANIER D’OSIER ?

 

J’ai décidé d’écrire ce journal pour mon plaisir, suis amoureuse des mots, même dans le dico, je les savoure, une vraie chienne. Pas de garde, mais en garde. Genre Zorrotte de gôche (j’ai retrouvé mon « z »).

 

Décomplexée la nana ! Tant qu’à faire… L’amour des livres est une très longue histoire… L’amour des hommes aussi… Mais je ne vous dis pas tout !

 

 HUIT HEURES

 

 Ah l’amour, les passions…

 

GRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR

MDRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR

 

Après le déni de démocratie le 4 février de cette année : jour de ma fêête mais non, pas sainte cloche, j’apprends que dame Cécilia va se marier le 22, je vous l’avais bien dit :  » J’suis maudite « .

 

J’AIME

 

J’ai longtemps puisé mon énergie dans le bonheur d’être avec les enfants. Depuis mes 15 ans, j’encadrais des centres de loisirs sans hébergement et m’impliquais chez les Francas… J’ai fait mon dernier centre de loisirs en 1992, dix ans de directions… Pas toujours facile mais ce fut réellement du bonheur.

 

L’enseignement un vrai parcours de combattant et du bonheur aussi assurément : je parle de bosser avec les enfants bien sûr et avec des collègues ne quittant pas le bateau à 17h pétantes, ne fuyant pas toutes réunions hors temps scolaire; sans vous parler de ces enseignantes refusant de décloisonner ! Sujet tabou !!!

 

Et de travailler avec les parents : nos partenaires, oui, je peux dire sans hypocrisie aucune, ni démagogie que vous aussi, Parents, m’avez donné beaucoup de bonheur… et des amies.

 

Quant aux Atsem, le personnel municipal travaillant en étroite relation avec les enseignantes, on a dit travailler pas rendre esclave, certaines des amies pour la vie, il y en a un paquet à remercier : mesdames Klein, Josette, Claudine, Jeannine, Danièle, Josette une autre, Christine, Patricia, Sylvie, Dédé, Lisette, Christine, Martine ! CLAUDINE !

Je sais que je vais en oublier, Catherine, Safia, Jeannine une autre, Martine et Patricia, Chantal, Maguy des perles indispensables, des femmes exceptionnellement professionnelles, qui devraient avoir un autre statut, ne pas faire de ménage, être reconnues comme aide-éducatrice puisqu’elles passent le CAP petite enfance.

Elles sont payées avec un lance-pierre… Sont où les syndicats ? Quand il s’agit des femmes, les mecs des syndicats s’en brossent le gland ! Rien que pour les retraites qui a parlé des femmes et des mi-temps? Oui, oui certains, si peu ! Rien que pour ce déni de démocratie il y aurait dû avoir grève générale !!

 

Ah Fillon t’es vraiment un nobleu !

 

Faut se prendre par la main tout le temps et partout.

 

RETOUR A LA CASE ENSEIGNEMENT

 

Donc, je disais, nous ne sommes pas les salariés du monde du travail les plus mal logés; mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.

 

Pour les revendications salariales voir la presse syndicale !

IMG_20170513_072026

 

19 octobre 2017

Dénoncer les atteintes aux libertés

Classé dans : Information — eructeuse @ 21 h 15 min

faire le choix d’une écriture engagée, c’est une liberté ! 

IMG_20170301_040602

« LE COMMERCE DES MOTS »

IMG_20170307_065726

Que vive la liberté d’expression et que chacun trouve son chemin sa voie son bonheur dans ses choix !

Petits détails que j’ai oublié de vous dire

Classé dans : Information — eructeuse @ 16 h 59 min

dans mon livre d’anticipation  » LE COMMERCE DES MOTS »  je fais la fête à  un pesticidaire et à un voleur de bien commun, vous savez celui qui s’approprie l’eau sur toute la planète ! La grand-mère maternelle des deux personnages principaux est apicultrice ce n’est pas un hasard !

IMG_20170301_040051IMG_20170301_040602

8 octobre 2017

Le ciel de la Terre

Classé dans : Information — eructeuse @ 7 h 38 min

Le ciel de la Terre

 

Ce matin comme tous les matins que Dieu fait, il enfila son manteau de laine, posa son cabas sur la table, compta ses sous de pauvre hère et sans mot dire – il en avait même fini avec ses grognements – fila piocher quelques pièces dans un pot de porcelaine… Il sortit ses mitaines de son manteau de laine et partit faire ses courses comme quand on part livrer un combat contre un ennemi qu’on ne connait pas qui ne vous donne pas son nom, ne vous salue pas, mais qui a pour mission de vous tuer à petit feu et qu’on surnomme à la télévision, quelle vision : austérité !

Va te battre contre un tel ennemi qui se cache sous les prix ? Te voilà pris aux pièges de l’économie, toi qui toute ta vie a jonglé avec le « Je ne vis pas au dessus de mes moyens » quand le bout de ta vie te fatigue, quand ta carcasse te rit à la face, quand la famille te dit « c’est la vie ».

Ah la famille qui rêve de tes sous qu’elle croit sous ton matelas en te laissant tous les ans, seul le soir de la nouvelle année, mais envoie les jours suivant, la descendance pour toucher quelques billets qu’elle estime mériter de droit…

Ce matin comme tous les matins que Dieu fait, il posa son cabas sur la table et sortit ses quelques achats en geste lents d’un homme patient.

Ce matin comme tous les matins que Dieu fait, il appela sa belle, qui couina son appétit contre ses jambes titubantes, sourit à ses caresses. « Sabinette, viens manger ma filoutte » Il mit le mou dans son assiette et s’assit pour la contempler.

« Hein c’est bon ma belle, ce cher Kamel me le garde chaque matin pour toi ma douce, en voilà un qui t’aime aussi ! »…

Il finit de ranger ses maigres provisions et sortit un tract froissé pour le mettre à la poubelle. « C’est pas parce que je suis vieux que je suis con, je ne comprends peut-être pas tout à l’économie mais ce que je sais, c’est que la fraternité ne pousse pas dans un champ de haine…et si à chaque jour s’empile ma peine, je suis pas plus idiot qu’hier ! »

Ce matin comme tous les matins que Dieu fait, il mit ses mitaines dans son manteau de laine qu’il rangea sur le porte manteau du salon, prit ses lunettes dans le boitier posé sur le buffet et suivi de sa chatte, alla lire son journal sur la petite table installée devant la fenêtre, ouverte sur le seul monde qui lui appartient, le ciel de la terre !

Texte écrit en juillet 2013, page 114 dans mon livre :

IMG_20170513_064144

5 octobre 2017

LE PASSEUR D’ÉTINCELLES

Classé dans : Information — eructeuse @ 8 h 37 min

 MAI 2013

LE PASSEUR D’ÉTINCELLES

Dans sa prison d’amertume, le petit passeur d’étincelles, comme il aimait se nommer, avait posé sa pelle contre le mur de la cellule. Il s’assit du bout des fesses sur sa chaise métallique, ce qui le glaça de plus belle. Unique et brillante dans l’antre de la pièce, elle trônait royale au centre du vide de sa chambre. Le lit avait disparu, il était donc l’heure de faire sa valise.

Un nuage de sanglots chatouilla ses paupières, il serra les dents, mais l’émotion éclot en un long et silencieux fleuve, le long de son visage drapé de majestueux sillons labourés par un âge perdu dans le temps d’une vie au service du règne de l’accoutumance.

Voilà il avait déposé sa dernière pelletée, enrobée de poussière d’étoiles comme il aimait à se la raconter, qu’il ramassait depuis tant de lustres qu’il en avait oublié l’âge de son âge…

Dans sa poche de pantalon, il toucha, caressa un vieil écusson qui lui rappelait qu’un jour il était allé à l’école.

Une sirène retentit dans le bâtiment, une voix s’éleva « Objet interdit objet interdit, numéro 36772, veuillez déposer cet objet dans la fosse à rejet ». Mais le passeur n’écoutait pas, il essuya ses larmes avec son écusson, une odeur le renvoya à côté de sa maman l’encourageant à finir son devoir, sa main sur son bras, douce, chaude, aimante.

Il monta du fond de lui, une éruption de souvenirs. Il sentit la bonne odeur de cuisine qui remplissait la salle de vie de toute la famille. Il vit Lisette jouer avec le chat, Cécile filer la laine, mamie Rosa ramener du charbon et sa maman goûter le sauté de mouton…

Il ne se vit pas glisser sur le sol, ne vit pas les gardes l’emmener pour sa cellule de retraite, jouxtant les cellules des extraillants.

Il continua son voyage avec sa maman. Ils eurent beau le secouer, le surmener, le menacer, le petit passeur était resté dans son passé qu’on n’avait pas pu lui voler.

« Encore un qui est fini, nettoyez-moi cette pièce » hurla le surveillant …

Ils ne le conduisirent pas vers sa retraite, mais vers un traitement qu’on réserve habituellement au chien écrasé…sans prendre le temps de lui ôter toute la poussière de charbon qui le couvrait de la tête aux poumons qui obstruait tant sa respiration.

Jeté comme un carton usagé dans la grande cheminée, objet qu’ils croyaient déshumanisé, pour mieux exploiter en toute tranquillité les dernières ressources naturelles de la planète… mais les exploitants, les exploiteurs n’avaient jamais pu éteindre l’étincelle d’amour en son cœur, demeurée.

Dans mon livre

IMG_20170513_064144

 

Ô rage, je suis en effroi…

Classé dans : Information — eructeuse @ 7 h 38 min

Ô rage, je suis en effroi…

L’œil jaunâtre, la canne à la main, je me maintiens, et apostrophe mon émoi, du fond de ma crise de foi-e, vindiou vindiou, je suis en effroi !

Bassinée d’une humeur d’humoriste de droite, ma veine de fiel pestifère et empeste mes vécés, ciel je suis biaisée, comment se fait-ce là ? Je me suis pourtant posée à l’aube de mes gesticulations, sur mes deux pieds, scellés par les liens de l’équilibre, certes qui penche à gauche…

ô vieillesse traîtresse, l’étanchéité de mon âme a basculé dans une humeur de gôche et maudit mon humeur de chienne faisandée faisant la trêve d’une tolérance plus souvent en maintenance sur le chemin plus cocufié que divinisé de la politique.

Boudiou je suis toute congestionnée, toute consternée, trouvant point de blasphème à décrier, pour prouver ma raison raisonnée de ma foi de ma loi de mon roi…

Silence chiennes !

Turbulences intempestives de mes turpitudes invecticides !

Ah je suis dans l’effroi, de quel bouffon suis je ce matin chagrin, l’idiote utile, de quelle positionnement, suis-je l’imbécile heureuse ?

 Un bruit s’élève, une voie gronde du fond du grouillement caverneux.

Qui appelle ?

Oui holla ?

Qu’ouïs-je ?

Quelle ironie agite mes boyaux ?

Quelle est donc cette intestine rébellion ?

Oui donc ?

Ah que ?

Aqueuse

rien ne sert de maudire, il faut courir à temps,

ce qui rentre, doit sortir la gueuse pesteuse !

Texte écrit en octobre 2013

Page 135 dans mon livre

IMG_20170513_064144

 

27 septembre 2017

BRAME…

Classé dans : Information — eructeuse @ 7 h 00 min

Extrait de mon livre publié en 2014 « Brame au dessus d’un nid de cocottes » p 245

 1 et 4 du brame

 

Libre d’être mère, père ?

 

Filiation : service de la transmission du pognon, qui repose sur la famille, sacro sainte famille judéo chrétienne avec forcément la confiscation du saint utérus, porteur de l’enfant sacré.

 

Avec le mariage pour tous se pose le problème de la filiation. L’enfant portera le nom de quel parent ?

 

La droite, l’extrême droite, l’église et son cortège de fous de dieu, Civitas, crient au crime de lèse majesté « touche pas à mon code civil» dans leur manifestation du 13 janvier 2012.

 

Voilà bien une vision archaïque de l’évolution d’une société : le code civil, créé en 1804 par Napoléon, ne cesse d’être modifié au fil de l’évolution de la société, et notammentPour ce qui touche la famille.En 1884, il rétablit le droit au divorce. En 1912, il autorise la recherche en paternité. En 1938, il définit la capacité civile de la femme marié, jusqu’ici dépendante de son mari pour contracter ou agir en justice. En 1965, il intègre la réforme des régimes matrimoniaux. En 1970, le législateur a ainsi supprimé la notion de «Chef de famille» accordée au père automatiquement. En 1972, on supprime l’inégalité juridique entre enfants naturels et illégitimes. En 1999, c’est l’adoption du pacs. En clair, le code civil est, comme le droit en général, une matière vivante, qui évolue en même temps que la société. Info tiré d’un excellent article des Décodeurs sur les contre-vérités sur le mariage homosexuel du 14 janvier 2013,du Monde.fr, (Le blog « Les décodeurs » est animé par la cellule « décryptages » du Monde.fr : Imaginé et créé par Nabil Wakim, différents membres de la rédaction y contribuent : Samuel Laurent, Jonathan Parienté, Alexandre Pouchard… ), merci internet !

 

Je trouve gonflé et fort de sainteté, qu’un mec, le cardinal Barbarin, qui refuse d’être père, puisse se permettre de dire aux autres comment être parents, et en plus, en étant dans le mensonge :  « Pour un enfant, il est mieux d’avoir un papa et une maman. Nous sommes nés d’un père et d’une mère et aucune loi ne changera ça. ». Mais la loi ne dit pas que l’enfant n’a plus ni mère ni père.

 

Il est intéressant de noter, qu’être mère ce n’est pas avoir un capital génétique mais un utérus, c’est ce que j’appelle la location d’utérus au service du mari, du patrimoine. Un homme peut abandonner son sperme à tout va, aucune responsabilité lui incombe, son capital génétique, il en fait don, anonymement (1973), ça va de soi, c’est dire si être père, c’est important pour lui. C’est déjà ainsi qu’il fait généralement quand il ne se préoccupe pas de sa fécondité. Il sème à tout vent c’est sa liberté ! C’est un acte qui m’a toujours scandalisé, le don de sperme anonyme, le gosse, on lui cache ses origines, ah la belle hypocrisie sociétale qui parle des droits de l’enfant, seul compte les droits des adultes et de leur désir d’enfant.

 

Le père sociétal et /ou adoptant est inscrit sur les registres de la mairie comme père. Ce qui est d’office refusé à une mère qui a recourt à une mère porteuse avec son propre ovocyte, tiens donc quel est cet imbroglio juridique, l’un peut être père sans avoir donné son sperme et la mère qui utilise son ovocyte avec une mère porteuse n’a pas le droit d’être mère alors que c’est son propre capital génétique ! On est toujours dans ce rapport au corps, la femme doit être mère par son sein et son saint utérus, sortir de ce schéma est contraire à la loi biblique…

 

La société patriarcale fait fort, car avec la naissance sous X, elle permet à la mère d’abandonner l’enfant qu’elle ne veut pas, pour l’empêcher d’avorter, et là c’est bien être mère porteuse pour la société ou pour un futur couple d’adoptants. On est toujours dans le registre de l’appropriation du corps de la femme, la boucle est bouclée : saint utérus, pondez pour eux chères pécheresses et en même temps, con à disposition et force de travail domestique, ben quoi c’est un lot !

 

La femme est depuis des millénaires, sous la domination de la lignée paternelle qui était la règle. Voir ce que je cite au début de ce livre dans «Piqûre de rappel» sur le code civil.Sous l’Ancien Régime, le lignage patrilinéaire dominait : la femme donnait des enfants au lignage de son mari.

 

Elle était donc mère porteuse au service de la domination masculine.

 

Si le mariage et l’enfermement sociétal de la femme n’ont pas fait de la femme un utérus à disposition, ventre acheté, pour la transmission du patrimoine et ou lignage masculin, une G.P.A pour la filiation du mâle, alors je veux bien être changée en Boutin.

 

Bon donc aujourd’hui il y a bien des géniteurs, des génitrices, des mères sociétales, des pères sociétaux, en veux-tu en voilà de la variété, horreur malheur de quoi faire manifester les défenseurs de l’unicité, au fait dites moi ça ne vous rappelle rien ?

 

La mère porteuse existe depuis l’appropriation du ventre des femmes qui n’ont même pas de nom propre à elle, (quant aux quelques sociétés qui ont permis aux femmes de faire porter le nom de la mère comme en Corse, en Afrique et autres communautés religieuses, etc, il semble que cela ne soit pas accompagné d’un égalitarisme flamboyant et comme le dit Lévis Strauss, il n’y a pas de société matriarcale).

 

Dans nos sociétés modernes, l’enfant porte le nom du père par tradition par filiation par machisme et malgré la loi de 2005, peu de couples font porter le nom de la maman, mais il faut dire que le nom de toute femme est le nom de son père et si elle porte le nom de sa propre mère c’est le nom de son grand-père, la femme n’a jamais d’identité.

 

Pour en revenir à nos conceptrices, dans le couple où la femme donne son ovocyte (rien à voir avec le don d’ovocyte permis en 1994, c’est tout récent, uniquement pour femme stérile) à une autre femme pour qu’elle porte son futur bébé, cette femme n’est pas considérée comme la mère de l’enfant, l’homme du couple qui donne son sperme est reconnu comme père à 100%, l’inégalité parentale ne fait aucun doute ! Femme tu n’existes qu’à travers ton utérus s’il te sert à être mère, sinon tu n’es rien ! Répudiation sociétale !

 

Dès lors, qu’une femme A veuille être mère et qu’une femme B accepte de lui prêter son utérus, pour recevoir son ovocyte, et porter l’embryon conçu in vitro, cela ébranle l’éthique française : pensez donc, la femme enceinte B, qui n’est pas la mère génétique est pour la France, la mère, parce qu’elle mettra l’enfant au monde, ce qui n’est pas faux, mais l’enfant a deux mères indissociables : la femme génétique A qui sera la mère sociétale AB, qui éduquera et nourrira l’enfant et la femme B, qui a porté l’enfant. La femme B «donnant» le bébé à la femme A, car elle ne le considère pas comme son enfant, son projet etc etc etc. Hou là là, l’homme ( celui qui a donné son sperme) est reconnu d’office comme père à 100% et pourtant il n’en a pas fait plus que la femme A ! (et quel scandale, la mère génétique a donné la vie sans accoucher dans la douleur, oui je sais c’est très bas !). Dans ce cas là, l’enfant a deux mères biologiques, quoiqu’on en dise, alors autant lui donner, ce à quoi il a droit, qui ben l’enfant, à un statut juste !

 

Faire porter son ovocyte fusionné avec le sperme de son mec, à une mère pour qu’elle porte le futur enfant, et donc prêter son utérus, son temps - en fait tout participe à cette gestation, de la tête aux pieds vingt quatre heures sur vingt quatre- ce n’est pas rien, faire un tiot, être mère Noël avec livraison dans sa hotte, de l’enfant tant désiré, ce qui est ni plus ni moins que la location de l’esprit, du corps et de l’utérus de Marie, pour que le bon dieu, symboliquement, nous livre Jésus, si on le tolère pour une, on le tolère pour toutes, si on considère que c’est immoral que des femmes prêtent leur utérus pour permettre à un couple d’être parents parce que la vie ne se commercialise pas, ne s’échange pas, ne se vend pas comme un bout de terrain, alors en quoi c’est moral que des millions de femmes portent des enfants non désirés, contraintes et forcées parce qu’elles n’ont pas accès à la contraception et à l’avortement parce que des hommes légifèrent sur leur dos sur leur corps, elles sont bien des procréatrices au service de l’état et du patriarcat… et quand elles doivent porter l’enfant d’un viol. Tout cela n’est qu’hypocrisie !

 

La liberté de la procréation c’est bien le tabou suprême. Ce n’est pas pour rien que l’église y met son nez et qu’elle refuse aux homosexuels le droit d’être parents, la société s’est engouffrée dans un chemin où certains humains ont le droit de procréer et d’autres pas, au nom de quelle moralité ? Elle a mis sa science au service de certains couples avec l’insémination artificielle et accepté qu’un père non génétique soit reconnu père, dans le cas d’un couple marié ou le père est stérile, pourquoi refuser ce droit à un homosexuel qui lui donnerait son sperme et là il serait bien le père biologique, n’est-ce pas tout simplement anticonstitutionnel, les hommes naissent égaux en droit… ?

 

Comment peut-on penser un seul instant qu’un homosexuel ne souffre pas de ne pouvoir avoir d’enfant ? Comment peut-on se permettre de penser qu’un homosexuel ne soit pas capable d’amour ? C’est lui dénier sa fibre humanitaire, sa dimension humaine ce que font tous ces traîne savates qui manifestent contre le mariage pour tous et nous livrent leur nazisme intellectuel !

 

Ça suffit l’inquisition !

 

Quant aux enfants orphelins, qui n’ont ni père ni mère où est le problème d’avoir deux mamans ou deux papas ? Le problème vient du regard et du jugement portés par les intolérants et des bigots, un enfant élevé dans l’amour de ses parents c’est bien ce que l’on recherche pour lui, non ?

 

Nos sages de l’éthique française bourgeoise chrétienne patriarcale, se préoccupent-ils de l’enfant, j’ai comme un doute là !

 

Je comprends le don d’organe, d’ovocyte, et pour la GPA je suis qui moi pour juger, je n’ai pas à juger, peut-être que c’est un vrai acte d’amour, peut-être que mon entendement n’y entend rien, mais ce qui est sûr, c’est que je ne juge pas…Je ne sais pas ce que c’est qu’être stérile, et j’ai eu la chance d’être ma propre mère porteuse, car qui peut s’autoriser à dire qui a droit ou non de donner la vie, dieu a dit croissez et multipliez-vous et comme ce n’était pas un scientifique visionnaire, il n’a pas vu que l’homosexuel-le pourrait être papa et maman un jour, on peut alors en finir avec sa cruelle damnation !

 

Corps et âme

 

Est ce qu’être mère, c’est être enceinte n’importe quand sans le décider ? Être mère n’est pas une fatalité, les femmes ont le droit de décider d’être mère ou pas et la femme n’a pas à subir le choix de l’homme qui veut être père, l’homme s’est approprié l’utérus de la femme pour ne pas avoir à lui demander sa permission, il est fini ce temps !

 

Il existe une inégalité naturelle incontournable, oui messieurs les patriarkk, vous devez passer par notre corps pour être père, votre paternité passe par notre gestation. Tout se fait dans le corps de la femme, tout vous échappe, tout se fait en dehors de vous, oui nous sommes matrices, oui nous sommes porteuses de vie et ces neuf mois de gestation vous renvoient à votre nature différente, oui vous êtes spectateur, oui vous n’êtes pas le terreau nourricier, oui la vie se construit en dehors de vous et cela ne vous autorisait nullement à mettre les utérus des femmes sous tutelle pour l’appropriation de l’enfant patrimoine, et pourtant vous l’avez fait, vous avez mis le monde à l’envers, tout saccagé, tout confisqué pour imposer une suprématie qui n’existe pas ! Il est venu le temps de prendre votre place d’homme, de quitter votre place de dominateur castrateur, il serait temps que le respect de l’enfant vienne…

 

Mes écrits ne sont pas figés la discussion est la bienvenue…

 

 

 

1...56789
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus