Mes romans Caroline Bordczyk

21 juin 2019

Un retour sur mon livre sur le patriarcat : Brame au dessus d’un nid de cocottes

Avec l’accord de son auteur je vous livre son premier avis sur mon livre sur le patriarcat : Brame au dessus d’un nid de cocottes, sorti en 2014 !

20190616_180900-1_resized

Aux premières pages lues je savais déjà que tu avais besoin de reprendre le thème Situation de la femme -Patriarcat. Dans plusieurs de tes écrits tu l’abordes régulièrement donc il te fallait sans doute y aller d’un livre.

Ce que j’aime tout de suite dans sa construction ce sont les petits textes voir même de simples paragraphes que l’on peut lire séparément.

Je viens de découvrir que je pouvais me promener au hasard et prendre la lecture sur tel ou tel morceau . Comme lire un article en fait.

C’est très pratique.

Un livre militant on le comprend très vite. 

Je viens de lire (article au hasard ) que tu as commencé le militantisme en 74 donc tu étais décidée très jeune à changer les choses, la société, et de fait la situation des femmes.

Je lis un passage et je réfléchis et je mets une ligne sur le mail.

(Très drôle façon d’aborder un livre ..ça me réjouit .).

Je viens de chercher si tu avais fait un travail (un article, un paragraphe ) sur la misogynie . Un jour j’ai essayé de comprendre ce que c’est et j’ai découvert une horreur sans bornes . Certains intellectuels se « piquaient » même d’être « un poil » misogynes ? .

Le plus haut degré de la criminalité envers les femmes  dans le patriarcat s’exprime vraiment par la misogynie.

Je l’ai même classée dans les maladies mentales les plus dangereuses sociétalement.

Elle peut même entraîner des femmes à être anti-femmes car l’influence des hommes déteint aussi sur ces femmes qui se rangent immédiatement à l’avis des hommes. 

J’avais totalement sous-estimé la compétence des hommes misogynes en matière d’influence sur la société .

Certains obtiennent des postes très élevés.

Merci ton livre, le monde en a besoin. Vraiment .

Et merci ce cadeau .

(Lourd fardeau et grande mission humaine que d’être militante pour un peu plus d’humanité .).

16 mars 2019

Ma contribution personnelle contre le dérèglement climatique

Classé dans : Information,LE COMMERCE DES MOTS,MA COLLECTION : MES DIX ROMANS — eructeuse @ 6 h 11 min

LE COMMERCE DES MOTS

Roman d’anticipation sorti en mars 2017 :

IMG_20170314_025918

IMG_20170301_040602

Descriptifs, avis et lieux pour le commander à l’intérieur de ce blog !

11 mars 2019

LE COMMERCE DES MOTS

Classé dans : Année 2017,Information,LE COMMERCE DES MOTS — eructeuse @ 12 h 11 min

Par mail on me dit que les jeunes se bougent pour le climat : bravo ! 

J’ai beaucoup beaucoup manifesté dans ma vie, ma plume a pris le relais… et on me demande ce que je fais, moi, pour le climat et bien  j’ai écrit le COMMERCE DES MOTS ! Un roman d’anticipation sur le dérèglement climatique, sorti en mars 2017 et il y a des évènements, des révoltes que je narre en France en 2018… et la répression y est terrible… comme sur toute la planète… La suite dans le roman ! Pour les avis, cliquez sur retour-avis !

IMG_20170314_025918IMG_20170301_040602

Disponible à la maison de la presse de Pujols et ici avec mon adresse mail ! Avis aux amateurs et amatrices !

30 septembre 2018

Un retour sur mon roman d’anticipation : LE COMMERCE DES MOTS

Classé dans : Année 2018,Information,LE COMMERCE DES MOTS — eructeuse @ 21 h 41 min

LE COMMERCE DES MOTS

 Le commerce des mots est une fiction intemporelle. C’est une fiction par la nature de son histoire qui est imaginaire mais intemporelle par le réalisme des situations qui y sont contées et des questions qu’elle soulève.

Je vous parlerais ni du noms des personnages ni des descriptions détaillées des différents lieux dans lesquels ils évoluent. L’appréciation de ces éléments dépendra des goûts de chaque lecteur. Mais j’aimerais par contre que l’on se penche sur les questions environnementales, sociales et économiques que cette histoire amène.

En effet dès les premières pages nous sommes mis face à une réalité extrêmement dérangeante. Je ne pense personnellement pas que l’on puisse lire Le Commerce des mots sans ressentir une profonde gène. Le lecteur est pris à témoin des différentes situations et ne peut que se demander « Et moi, qui serais-je dans cette même situation. » ou encore « Ah, je pense que j’aurais eu la même réaction que ce personnage ? » Ainsi dans cet imaginaire, la frontière entre le réel et l’irréel s’estompe. La rencontre entre l’irréel de la fiction et le réel du vécu du lecteur crée chez le lecteur un imaginaire. Un monde de questionnements qui continuera d’exister et de se développer dans son esprit même après qu’il aie tourné la dernière page de ce livre.

Cela nous renvoie à l’intemporalité de cette histoire. Ne serait-ce pas le but de toute lecture que de se questionner sur le sens des choses pendant et surtout après la lecture ?

 Dans ce récit il est question de l’impact de l’humanité sur la planète et de notre devenir.

Notre planète… ce possessif me dérange aujourd’hui, devrais-je plutôt dire : « Dans ce récit il est question de l’impact de la planète Terre sur ses êtres humains et leur devenir ».

Et je crois que c’est en cette remise en question que je viens de faire que résident tout le talent et la virtuosité d’écriture dont fait preuve l’auteur dans ce roman.

Nous ne sommes que les locataires de cette magnifique planète et nous devons apprendre à vivre en collocation avec les autres espèces et nos semblables. Il est de notre devoir d’apprendre à écouter les lois et le sens de cette nature qui nous loge, voilà le prix de notre loyer.

Une ode éducative, une éloge à la tolérance, une interpellation à notre conscience individuelle et collective de nous-même et de ce que la terre a à nous offrir et une remise en question de nos sociétés ; le tout dans une atmosphère alarmante et oppressante où l’amour est le maître mot.

BREHMER Emmanuel

25/07/2018

21 ans

Villeneuve-sur-Lot

 IMG_20170314_025918

IMG_20170301_040602

 

 

 

7 avril 2018

Le commerce des mots

Classé dans : Information,LE COMMERCE DES MOTS — eructeuse @ 11 h 48 min

Dans mon roman « Le commerce des mots », sorti en mars 2017, j’aborde de nombreux thèmes à travers l’ébauche des interrogations de Céline sur son l’engagement de jeune écrivaine…

C’est une jeune trentenaire qui travaille pour une maison d’édition dans le monde des années 2035 où  le dérèglement climatique dévaste la planète… Avec son cousin Fred, ils vont traverser le temps, la France et vivre avec deux nouveaux amis, une aventure mouvementée… où la résistance à la dictature n’est point absente, dans la force de leurs valeurs humanistes… où la rédemption fera son office…

Le gouvernement mondial  a mis les pays sous tutelle, se servant du dérèglement climatique, il met les pays pauvres qui ne peuvent payer pour faite partie de ce gouvernement à l’amende… En plus des conditions climatiques qui assassinent leurs terres, des millions de gens sont contraints à immigrer et à travailler presque gratuitement dans les pays  qui les accueillent à bras ouverts et les entassent dans les bas-fonds de notre pauvre terre qui gémit !

Les mots sont dévoyés, des lois liberticides sont mises en place au nom du respect de la planète ! La dictature des mots accompagnent la dictature des puissants… 

IMG_20171220_124538

Disponible à anelabougresse@orange.fr

A Villeneuve sur Lot, à la maison de la presse Le Vizir et à Pujols à la maison de la presse Jako !

4 février 2018

Le commerce des mots

Classé dans : Information,LE COMMERCE DES MOTS — eructeuse @ 5 h 55 min

Ce titre ne fut pas choisi au hasard, il y a bien sûr plusieurs raisons, je vous en livre une, du pourquoi du comment, à travers ces quelques passages.  Jean-Charles-Edouard a monté sa propre maison d’éditions : Chapitre 4, de la première partie

Quelle mouche a piqué l’éditeur de Mourir d’Amour ? Ce roman qui a fait pleurer une majorité de femmes et a reçu le prix de la Féminité Encrée. Cette œuvre vendue en numérique à treize millions et six cent mille exemplaires à travers le monde dans les années 2020 qui a rivalisé et envoyé au tapis l’autre grande maison d’éditions, fleuron de la littérature sentimentale : A l’heure du thé….

Jean Charles Édouard revient en salle de réunion avec un manuscrit à la main et vocifère, fier : « Vous êtes des idiotes des imbéciles, mesdames les responsables du marketing. Il était temps que je mette mon nez ici, pour vous parler du pays ! Les hommes et les femmes ne se rencontrent plus, le virtuel a remplacé le réel, tous ont peur des virus, les maladies infectieuses se sont multipliées, mon test du baiser sain s’est vendu tous les mois à dix millions d’exemplaires, (il a des actions dans les laboratoires qui les créent). Le partage n’existe pratiquement plus, chacun vit chez soi. Le taux de natalité frise le niveau zéro, Il faut s’adapter à cette réalité.

 …

 Là, il donne ses conseils à découvrir dans le livre…

Aller encore un petit passage

Il est clair que Jean Charles Édouard ne cherche ni à rompre les règles sociales ni les codes de quoi que se soit. Il s’adapte à la réalité du terrain, à ce qui se vend le mieux. Si demain le sexe faible devient le sexe fort, il ira dans ce sens. Ce n’est pas un souci pour lui. Ce qui est essentiel, c’est que sa fortune se maintienne au plus haut niveau.

Quoi quoi c’est sa liberté de penser ! Quant à celle des autres ce n’est pas son souci. Oui certes il n’y a pas beaucoup de choix sous les yeux des lectrices, mais bon il ne faut pas exagérer, il ne met pas un pistolet sur la tempe des acheteuses. Ses romans ne les lobotomisent pas. Il en a assez que la littérature sentimentale passe pour une sous culture pour névrosées, car il les nourrit ces lectrices, de cette belle liberté de rêver. Il remplit le sac à dos de la ménagère qui survit et peut rêver, par ses soins, dans un monde si hostile. Voilà son combat, qui oserait dire que ce n’est pas un noble combat ? 

IMG_20170314_025918

19 janvier 2018

LE COMMERCE DES MOTS

Classé dans : Information,LE COMMERCE DES MOTS — eructeuse @ 10 h 12 min
 » LE COMMERCE DES MOTS  » mon roman d’anticipation, encore trois disponibles chez moi pour ceux qui ne sont pas dans mon coin lol et qui voudraient se le procurer, puis je relance une commande chez mon imprimeur ! Pour l’avoir vous pouvez me joindre, ô vous lointains lecteurs et lectrices assidues ( lol accord de proximité) de mes blogs, à anelabougresse@orange.fr ! Prix militant assuré et frais de port offert !
IMG_20170314_025918IMG_20170301_040602

21 décembre 2017

LE COMMERCE DES MOTS

Classé dans : Information,LE COMMERCE DES MOTS — eructeuse @ 23 h 50 min

Un avis qui me touche beaucoup, d’un ami : Joseph T

 Le commerce des mots est la description de notre société, ce qu’elle est en train de devenir, ce que beaucoup pensent déjà qu’elle va devenir (c’est son côté fiction). Mais tout du long le message écologique suit, la révolte sociale, l’appel de justice, produit son effet.
C’est un livre qui, en peu de pages en fait, décrit la révolte de l’humain contre la tyrannie.
Son côté poésie, science-fiction du début ne laisse pas entrevoir le réalisme de ce livre qui est un condensé politique de nos sociétés actuelles.
Je n’avais jamais rencontré cette approche, c’est une excellente surprise.
(On ne se méfie pas des «  »petits livres »clin d’oeil », on a tort ?).
J’aimerais qu’il soit diffusé chez les ados : les filles le trouveraient sympa mais les garçons y gagneraient en prise de conscience car c’est une écriture féminine et, c’est ce qui manque souvent dans l’éducation « garçon ». Ça serait un gain supplémentaire en plus du réalisme politique. Ton livre peut être classé éducatif (ça n’est pas un compliment à la légère, sérieux).
Tu as une vraie capacité d’écriture, tu tiens ton sujet et l’approche, le déroulement, le final construisent un livre, un vrai.
L’authenticité est nécessaire, vitale, dans l’exercice politique (sinon c’est un plâtre, garanti).
Félicitations.

Merci beaucoup Joseph.

IMG_20170314_025918IMG_20170301_040602

12 décembre 2017

Le commerce des mots

Classé dans : Information,LE COMMERCE DES MOTS — eructeuse @ 6 h 41 min

Bonjour, je vous laisse découvrir le texte publié par Les Kaves se Rebiffent, posé le 11 décembre 2017 sur leur site Lekaveserebiffe.blogspot, dont le propos est mon roman d’anticipation « Le commerce des mots ! »

 Lundi 11 décembre 2017

Lire Délivre

Travailler moins pour lire plus, tel est l’un de nos credos, alors on a lu ce week-end…
Lire délivre à la Kave, et notre espace article littéraire du jour présente le bouquin d’une moqueuse, éructeuse, talentueuse et bien sûr rebiffeuse:
j’ai nommé Madame Caroline Bordczyk Aka Victoryne Moqkeuz pour son dernier livre

Le Commerce des Mots (éditions Bordczyk)

Roman d’anticipation se déroulant sur fond de dérèglement climatique dans un monde géré par un gouvernement mondial, c’est un livre assez court mais percutant, emmêlant ses personnages dans un Monde en proie au chaos, alors qu’on le sait bien que ça finira comme ça si on continue nos conneries, mais ça vous le savez déjà…
Malgré ce « décor » peu enthousiasmant, l’éructeuse auteure nous fait passer du rire à l’inquiétude ou à l’interrogation avec légèreté, humour et pertinence.
Les sujets traités durant le récit sont graves et furieusement d’actualité, ce qui ajoute de l’intensité à la lecture, et le féminisme de bon aloi de Victoryne ne manque pas de mettre du piquant dans le roman. Politique, écologie, rapport homme-femme, ou évocation de personnages contemporains bien connus, elle nous plonge dans un univers assez glauque tout de même, mais avec un ton caustique, voire sarcastique qui ne laisse pas indifférent.
Bref, on a aimé ce « commerce des mots » à la Kave qu’on a dévoré ce week-end, et on en fait donc la promotion avec plaisir, vu que les mots sont aussi un peu notre fond de commerce chez les kavistes, et quand l’auteure est une rebiffeuse assumée, là on dit bravo Madame!
Alors n’hésitez-pas, commandez-le, un prix militant est possible dixit l’auteure!
Procurez-vous ce livre ou d’autres du même auteure puisqu’elle a déjà commis plusieurs autres forfaits d’écriture… Qui sème les mots récolte la lecture.

 

Un grand merci à Victoryne Moqkeuz pour son travail et son humour.

IMG_20170314_025918

Merci beaucoup !

11 décembre 2017

Le commerce des mots

Classé dans : Information,LE COMMERCE DES MOTS — eructeuse @ 18 h 11 min

Je vous invite à lire un avis qui fait chaud à la bête, sur le site lekaveserebiffe.blogspot.fr de mon roman d’anticipation  » Le commerce des Mots » article du 11 décembre 2017

Article qui sème les mots récolte la lecture
Victoryne Moqkeuz Le commerce des mots
http://lekaveserebiffe.blogspot.fr/

Merci merci beaucoup !

IMG_20170314_025918

 

 

12
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus