Mes romans Caroline Bordczyk

4 mai 2021

Mai 2013

Classé dans : Ecrits divers et diffus — eructeuse @ 5 h 29 min

MAI

 

LE PASSEUR D’ETINCELLES

 

Dans sa prison d’amertume, le petit passeur d’étincelles, comme il aimait se nommer, avait posé sa pelle contre le mur de la cellule. Il s’assit du bout des fesses sur sa chaise métallique, ce qui le glaça de plus belle. Unique et brillante dans l’antre de la pièce, elle trônait royale au centre du vide de sa chambre. Le lit avait disparu, il était donc l’heure de faire sa valise.

Un nuage de sanglots chatouilla ses paupières, il serra les dents, mais l’émotion éclot en un long et silencieux fleuve, le long de son visage drapé de majestueux sillons labourés par un âge perdu dans le temps d’une vie au service du règne de l’accoutumance.

Voilà il avait déposé sa dernière pelletée, enrobée de poussière d’étoiles comme il aimait à se la raconter, qu’il ramassait depuis tant de lustres qu’il en avait oublié l’âge de son âge…

Dans sa poche de pantalon, il toucha, caressa un vieil écusson qui lui rappelait qu’un jour il était allé à l’école.

Une sirène retentit dans le bâtiment, une voix s’éleva « Objet interdit objet interdit, numéro 36772, veuillez déposer cet objet dans la fosse à rejet ». Mais le passeur n’écoutait pas, il essuya ses larmes avec son écusson, une odeur le renvoya à côté de sa maman l’encourageant à finir son devoir, sa main sur son bras, douce, chaude, aimante.

Il monta du fond de lui, une éruption de souvenirs. Il sentit la bonne odeur de cuisine qui remplissait la salle de vie de toute la famille. Il vit Lisette jouer avec le chat, Cécile filer la laine, mamie Rosa ramener du charbon et sa maman goûter le sauté de mouton…

Il ne se vit pas glisser sur le sol, ne vit pas les gardes l’emmener pour sa cellule de retraite, jouxtant les cellules des extraillants.

Il continua son voyage avec sa maman. Ils eurent beau le secouer, le surmener, le menacer, le petit passeur était resté dans son passé qu’on n’avait pas pu lui voler.

« Encore un qui est fini, nettoyez-moi cette pièce », hurla le surveillant …

Ils ne le conduisirent pas vers sa retraite, mais vers un traitement qu’on réserve habituellement au chien écrasé…sans prendre le temps de lui ôter toute la poussière de charbon qui le couvrait de la tête aux poumons qui obstruait tant sa respiration.

Jeté comme un carton usagé dans la grande cheminée, objet qu’ils croyaient déshumanisé, pour mieux exploiter en toute tranquillité les dernières ressources naturelles de la planète… mais les exploitants, les exploiteurs n’avaient jamais pu éteindre l’étincelle d’amour en son cœur, demeurée.

 Le 5, veille du 6 !

Toujours dans :

VTB NOUVELLES

 

Ecrit en mai 2013

Classé dans : Ecrits divers et diffus — eructeuse @ 5 h 21 min

 Installé dans mon livre :

VTB NOUVELLES

Il glissa sa plume dans l’encre de son dimanche

 

Comme d’autres leur matraque dans le crâne d’un manifestant.

Ce n’est pas la couleur de l’encre qui faisait son aigreur, c’était le fluide de ses maux qui colorait sa dictée, venue du fond de sa pensée, d’une puissance bouleversante.

Il avait au profond de lui, l’âme boutonneuse, une sorte d’acné de la rancœur prégnante.

En vieillissant, il était devenu cette petite plume vociférante, plaie suintante qui glissait sur le cœur du papier en génuflexion de la pensée, l’aridité de sa créativité…

La beauté des mots ne se mesure pas aux poids de leur docilité, la volupté des mots ne s’entend point sans l’universalité de la liberté…

 

le 6 mai 2013 !

Une tiote nouvelle

Classé dans : Ecrits divers et diffus — eructeuse @ 5 h 15 min

Dans mon livre : Allo la Bougresse quelles nouvelles ?

VTB NOUVELLES

Bon un peu de gaieté ne serait pas un luxe alors une petite nouvelle agréable ?

 

UN OURS MAL LÉCHÉ

 

Allo quoi, t’es un mec et t’as pas de mousse à raser ? Nan mais quoi, t’es un mec et t’as pas de poils ?

Laissez moi vous narrer la triste histoire de notre pauvre Adam en larmes devant son lavabo quand sa douce sa vie son amour sa moitié l’eut largué pour un poil de trop. Cette épique histoire qui pique mon cœur, je vais vous la conter par pure solidarité de poileuse invétérée !

C’est quoi cette mafia, comment, toi, Adam, le descendant du mec qui sut se faire entendre de la bite de Dieu, beau comme l’as de pique, gaulé comme Rocco et tous ses frères, du cheval dans la culotte, qui sut se faire tartiner sa confiture sur ses tranches du pain, cuit, par sa soumise pendant des siècles et des siècles, mains dans la farine, le reste génuflexé dans sa condition… Comment toi, fils et petits fils du Roi phallus as-tu pu te faire kärchériser le derrière et les couilles avec ?

Notre doux Adam, amant aux poils brillants lustrait sa belle barbe du soir au matin, du matin au soir, dans un mouvement si anodin que sa dulcinée piqua sa crise et sous un coup de folie lui demanda de choisir entre elle et elle. 

Elle lui conta sa répugnance pour tous ces poils, qui lui poussaient de partout : dos, torse, aisselles et couilles comprises. Bien qu’elle l’aimait assurait-elle, elle ne supportait plus les poils de son obélisque. Çà hérissait sa promptitude à la léchouille, de se retrouver chaque fois avec des poils dans la gorge et elle finit par avouer qu’elle ne voulait plus mettre le nez dans ses affaires, des plus douteuses, surtout depuis qu’elle crut apercevoir quelques morpions danser lors de sa derrière introspection. Adam pourtant fidèle des plus fidèles ! L’accusation fut pointée, la lutte fut engagée !

Elle en avait parlé à ses copines, qui lui conseillèrent de ne plus accepter que son amoureux resta un primate poilu sous son costume de cadre supérieur…

Tout était dit, l’heure de l’homme aseptisé avait sonné, après les fromages sans goût de derrière, après les couches et l’aspirateur à portée de doigts depuis que ces odieuses 35 heures cherchèrent à couper le poil que les hommes ont dans la main pour tout ce qui touche l’intendance, voilà que sonnait le glas du poil de l’obélisque historique… Comment se battre contre ce crime de lèche-majesté quand dans la balance de votre félicité, votre moitié fait peser la menace d’une grève vénale générale !

Comment se battre contre une armada de pétroleuses, les bobos de la télé et de la presse conventionnée vantant tant le Ken dépoilé, prêtes à vous sauter dessus, non pour vos charmes éternels, mais pour vous couper les poils jusque sous l’pied !

Ô rage, au désespéré Adam qui expliqua avec un humour décoiffant, échappant un tantinet à sa compagne, que chacun devait vivre selon ses désirs, à poil, aux poils, sans honte et sans reproche, qu’il fallait arrêter de couper les poils en quatre, qu’il fallait les laisser vivre… ne fut hélas point entendu.

L’ultimatum était lancé, Adam reçut la balle de plein fouet qui se perdit dans la jungle de sa fourrure…

Il fallu choisir entre poils et fellation, cette tragédie cornélienne l’épuisa, il abdiqua et se laissa choir sous les coups de la tondeuse violeuse.

Trois mois plus tard, Adam presque vierge de tout poil, dont la révolte grondait sans cesse en repoussant à une folle vitesse, pleurait, il avait tout perdu, tristesse.

Il fut largué pour un jeune sans toison, et sans remords, dont la Porsche roulait si vite que son amoureuse sous l’emprise de quelques taloches, se retrouva sur quelques trottoirs plus loin, à cracher les poils qu’elle avalait à chaque ingurgitation… Ah la bonne pécheresse !

Moralité vaut mieux lécher un ours qu’un imberbe sexiste !

Adam retrouva sa barbe et se promit de rester fidèle à sa naturelle constitution, liberté, égalité, poils au menton, et toujours sans morpion !

2 mai 2021

Partir à la découverte

Classé dans : Information — eructeuse @ 7 h 52 min

Je n’ai point mis tous mes dessins dans mon lien : « Quelques échantillons de mes créations » dans mon blog  » Victoryne Moqkeuz mon anagramme » mais vous pourrez les découvrir quand je publierai mes romans ce dont je ne manquerai pas de vous informer ! D’ici là, bonne journée et portez vous bien !

img125

auteure 001

1 mai 2021

Bientôt quatre ans

Classé dans : Ecrits divers et diffus,Information — eructeuse @ 6 h 37 min

que ce blog existe ! 90077 visites !

Merci de vos passages sur mes mots !

537030_567955699901628_962770147_n

12
 

O.V.N.I.PRESENT |
Avantquechantentlescigales |
Lesecritsdo |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Distributiondescartes
| Pocopordecir
| Spirousan