Mes romans Caroline Bordczyk

4 mai 2021

TOC TOC TOC C’EST QUI ?

Classé dans : Ecrits divers et diffus,Information — eructeuse @ 5 h 43 min

Qui est donc Caroline Bordczyk ?

Elle a bien voulu nous répondre :

Au royaume des hommes, je suis écrivain, un Cahors alors !

Au soleil de mon égo, je suis écrichieuse assure assurément même Irrévéren…chieuse… C’est grave docteur ?

Au lavoir de ma grand-mère et toutes les femmes de ma famille, je suis écrilaveuse de linge sale, je suis le torchon qui s’use parce que j’en use…

Au fronton de ma libération, je suis écripieuse, sans relâche je passe ma vie comme une religieuse à la défense de la cause des femmes, vous savez les chieuses…

Au palais des mirages, je suis écririeuse car, ha ha ha, je ris de me voir si folle en votre miroir…

Dans ma campagne marnaise, entourée de champs de blé, de coteaux aux jolies grappes d’un raisin ensoleillé, enfant, j’ai joué sous le lavoir des femmes d’antan, nos belles femmes travailleuses sans illusion, j’ai gambadé avec mes amies aux sons de nos imaginations, j’ai couru parcouru nos belles forêts domaniales, gazelle tournoyante toujours par monts et vallons, frissonnant avec le vent, amoureuse des couleurs de chaque automne, je me suis nourrie de mes mères la terre et de Michèle ma fière maman, heureuse d’être fille, leur sang coule en mon cœur, je suis écriveine !

Maintenant la dame est en Aquitaine, c’est aussi beau ici que là-bas, en veux-tu, en voilà des nouvelles !

 

Mais qui est Âne La Bougresse ?

 

Et voici le premier pamphlet signé Âne La Bougresse :

Pamphlet écrit après la manifestation des profs du 21 janvier 2007 à Paris, Âne La Bougresse était née.

 

Âne
C’est l’histoire d’Âne

Oyez !

Actez : Touchée, coulée… A voir…

De mémoire de mammouth, elle n’avait jamais vu cela.

Depuis trente ans, bientôt, qu’elle est instit (dites prof des écoles à l’ancienneté, pas le salaire, faut pas exagérer) fallait oser !

« – Mais quoi ? Et qui ? demande Idiotaime aux mains vides.

- Mais le misinistre ! rétorque Âne.

- Mais quoi ?

Ah ! Vous ne savez pas ?

Écoutez sœurs, frères lecteurs, la complainte d’Âne la rançonnée :

Institutrice depuis 1978, Âne n’a pas ménagé sa peine au service des familles, des élèves, de son métier comme tout à chacun : ses camarades collègues.

Que d’heures passées à monter bibliothèques, expositions, projets hors temps scolaire, à l’époque déjà où ceux-ci n’étaient même pas obligatoires…

Le bonheur n’attend pas le nombre des années. Loin des 35 heures, mais près du coeur ! Sourire !

Mais elle fut mal récompensée ; l’État lui vola d’abord sa retraite; pénalisée tu seras, si ta retraite à 55 ans prendras !

Décotée, plombée la maîtresse ! Travaille et tais-toi !

Les temps changent, il est vrai :

qu’espérer d’un gouvernement plus au service du Medef que de ses con-si-si!toyens.

Actez: Touchée ?

Han quête… Âne ne vois-tu rien venir, tu rêves ?

La voilà de nouveau récompensée, diguedondaine ! Son salaire est amputé de 91euros 91 ce mois de janvier 2007 pour citons «tot absence non rémunérée retenue enquête 19» Couac ! Quoua ? Quoi ! Une enquête non rendue, payée 91 euros 91 ?

Mais comme c’est bizarre ! Âne perçoit une indemnité de 4 euros par jour pour la charge (sic) administrative, appelée, citons : « ind suj spéciales charges » Alors dites, elle va toucher 91 euros 91 si elle la rend ?

« Dans tes rêves ma chérie ! » pouffe Idiotaime.

La sanction est tombée : plus d’ une journée de salaire tu perdras même si dans ta classe, tu travaillas ! Emmêlage de grammaire de colle et de maths …

« Au secours » gémit Âne, je ne sais plus compter.

A qui la faute, De Romal ? Je ne sais plus conjugaison penser.

Dites-moi, puisque les temps changent et que dans ma douce France, la délation va à tout vent …

Actez : Coulée ?

- Arrêtez vos grèves intempestives et vos mesquines jérémiades … vocifère De Romal. 

- Mesquines jérémiades ? Et mes dix sept réunions hors temps scolaire depuis le début de l’année.. Allez, vous me les payez !

Les inscriptions en juillet, en août, la préparation de la rentrée dès le 20 août… Allez, vous me les payez !

Toutes mes années sans décharge (sept crénon de Diou)… Allez, vous allez me les payer !

Mes rencontres hors temps scolaire avec les partenaires non éducation nationale pour améliorer le suivi des enfants en difficulté… Allez, vous allez me les payer !

Toutes les rencontres avec les parents hors temps scolaire… Allez, vous allez me les payer !

Toutes les heures de préparation (hors préparation de cours) pour les sorties : voyages scolaires, journées exceptionnelles, départ 8 heures, retour 20 heures avec encadrement du midi, les kermesses, les classes vertes (tarif de nuit chiche !)…

Allez, vous me les payez !

Mesquineries !

Oui osez payer ce travail

Oui soyez généreux comme vous êtes répressif !

Oui payez les instits comme des profs des écoles !

Oui ayez de l’audace là aussi !

Oui osez payer par un salaire de direction,

vos sujets Mister «De»

et non par cette indemnité représentative de ?

Deeeeeeee ?

De leur exploitation : 4 euros par jour !

Oui il faut avoir du culot pour sanctionner une enquête administrative non rendue par une retenue de plus d’une journée de salaire d’instit !

Eh oui, Âne était bien dans sa classe à enseigner …

Oui, allez, monsieur De Romal de l’audace !

DIANDRE !

Actez : C’est tout vu !

Âne reçoit donc de plein fouet ce merci.

Âne voit la valeur de son mérite du bas de sa France.

Alors par cette mesquine missive, Âne vous fait dire Monsieur le braqueur de salaire, qu’elle actera encore, en citoyenne, résistante et révolutionnaire et que son rêve serait que tous les directeurs, directrices, démissionnent en masse de leur fonction pour vous botter votre derrière d’audacieux !

Ainsi s’achève la complainte de la bougresse Âne, en mal d’une vraie, loyale, sereine, joviale, agréable, somptueuse, glorieuse Education Nationale Première aux programmes des gouvernementeux !

  Ainsi soit-elle

une Sans Culotte

Âne La Bougresse

Encore un écrit sur la route de mon militantisme, plume aux poings… souvenir de nos combats de tous les jours…

Pamphlet écrit en mai 2007 qu’on peut aussi trouver dans la rubrique courrier des lecteurs du journal POLITIS

IMG_20170513_064144

La photographie est tirée de la revue nationale « Fenêtre sur cour » de la FSU

Oui oui c’est moi !

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus